24 uren van Spa

Een marathon (waarvan je kan spreken eenmaal je boven de 60km gaat), een rit tegen de tijd of een wedstrijd is toch iets gans anders dan een doordeweekse toertocht. Daarom dit apart forumonderdeel...

Moderators: Reflex, Angelo., Test team

Gebruikersavatar
Quadrifoglio
Mountainbiker
Berichten: 556
Lid geworden op: ma 23 dec 2002 12:23

Bericht door Quadrifoglio »

greenie schreef:De staande ovatie ging echter naar Christophe Brel. Een solorijder die op zijn eentje zomaar eventjes 72 toeren ofte 252km gereden heeft. =D> =D> respect !!!
Ik zal eens vragen of ik zijn verslagske hier mag posten...
Gebruikersavatar
Quadrifoglio
Mountainbiker
Berichten: 556
Lid geworden op: ma 23 dec 2002 12:23

Bericht door Quadrifoglio »

Voila, juist een antwoord terug gehad, als dat niet snel is. Zelfs nog wat reclame voor ons forum gemaakt...
Christophe Brel schreef:avec plaisir, tu peux même y mettre mon adresse mail.
Je ne connaissais pas ce forum, mais j'y vais de ce click.
Zijn verslag:

Code: Selecteer alles

« Tu es fou. » « Ce n’est pas possible. » « Tu es sûr de vouloir le faire seul ?? »
Telles ont été les premières réactions à l’annonce de mon projet de courir en solo les 24H VTT de Spa.
Et de VTT, il a bien été question : Descentes piégeuses, chemins en dévers, bourbier, côtes abruptes, singletracks… tout était réuni pour gêner au mieux notre progression.

C’est armé d’un moral en béton armé, et d’une motivation hors normes que je me présentais samedi, sur le coup de 14h00, sur la ligne de départ de cette épreuve, fort bien organisée par l’asbl Go Spa.
Départ type « Le Mans », chaque pilote fait face à sa machine et…go, c’est parti pour 24 heures.
Les premières heures se passent sans aucun problème. Je fais gaffe de ne pas dépasser les 165 pulsations/minute, histoire de ne pas brûler trop vite mes cartouches. Néanmoins je me pique au jeu de suivre les autres, qui ne manquent pas de se relayer à chaque tour, ce qui me fait même gagner des places, vu que moi je ne m’arrête pas.

Après 3 heures de course, la pluie se joint à nous, bien qu’elle n’ait pas été invitée. Les temps au tour s’en ressentent, je perds rapidement l’usage du plateau moyen qui « chain-suck » à la moindre poussée. L’organisme aussi accuse le coup, d’autant plus que le vilain dévers du fond du circuit, dans lequel j’avais trouvé une belle trajectoire par le dessus, devient de plus en plus glissant, pour finalement m’envoyer au sol avec un genou bien ouvert. Premier arrêt : désinfectant, sparadrap, et c’est reparti de plus belle. 

Il est de plus en plus évident que mon choix de pneus, des semi-slicks, n’est plus du tout adapté. J’avais programmé un gros ravitaillement vers 20h00, ce sera l’occasion de changer les pneus. L’heure de la faim approche, à l’heure prévue, et le spaghetti est prêt depuis un tour. Je m’arrête, mais mon mécano (papa) n’est pas là. Enervement. Je mange doucement, mais pas détendu. Papa arrive, lave le vélo, démonte le pneu avant. Que fait-on ? On garde la chambre ou on la change ? On la change, on en a assez avec nous ; autant avoir 2 valves identiques à l’avant et à l’arrière. Les valves des chambres de rechange sont trop courtes, GRRRRRHH, tant pis on remet l’ancienne. Autant dire que le spaghetti ne passe pas bien du tout, d’autant que le pneu arrière ne veut pas sortir de la jante Tubeless, il est « collé ». Je jette l’assiette, je me salis les pattes, et avec l’aide de mon co-locataire du jour, j’arrache le pneu hors de la jante. Je peux repartir et aligner des tours. Pas pour longtemps Probablement dans l’énervement, la chambre à air a été pincée, et l’arrière fuit lentement. Je m’en rends compte à l’extrémité du circuit, et reviens vers le stand à allure réduite, en appui maximum sur le cintre, pour ne pas déchirer le pneu. Réparation rapide, et c’est reparti. 

Le spaghetti ne passe pas, j’ai des crampes d’estomac, je n’aurais pas dû m’énerver ainsi. Ce sera la partie la plus pénible de l’épreuve. J’aligne difficilement les tours, je dois m’arrêter régulièrement. Les arrêts m’ont fait dégringoler au classement, c’est normal, mais cela n’encourage pas. Un arrêt de plus. J’ai froid, je suis mouillé jusqu’aux os, je suis méconnaissable, couvert de boue. Ce coup-ci je me lave, je me sèche, je me change, je repars. ….Ce que c’est bon de rouler au sec, de changer l’endroit où le derrière fait pression sur les coutures. Je roule heureux pendant 2 heures, je récupère même l’usage du plateau du milieu, il est 4 heures du mat, la fatigue me rattrape. Je décide de dormir une heure, tant pis pour la moyenne. Je demande une civière en prêt à la croix-rouge : bernique !. Je dors sur le carrelage, une veste par-dessus moi. Je connais tout de la vie estudiantine de la volontaire secouriste, dont la voix résonne dans le hall du château de la Fraineuse, avant de m’endormir un peu. Marie, une amie venue m’assister pour la nuit me réveille après 1 h. Je marmonne « encore ½ heure », et retombe dans les bras de Morphée. 30 minutes plus tard Marie revient. Cette fois je me  lève, transi de froid, je tremble de partout, impossible d’avaler ma tasse sans en mettre partout. La tente voisine a fait du feu, je vais m’y réchauffer.

OK, je repars. Il est 5h30, je roule 2 heures avec peu d’arrêts, juste un peu manger des bananes, du pain d’épice et de la boisson noire et pétillante qui fait tenir debout, lorsque au bas de la descente, je passe sans l’avoir choisi sur le petit plateau…câble de dérailleur cassé. Tout cela était prévu, et le changement de câble se fait rapidement. Ce sera le dernier pépin mécanique.

Le jour s’est levé, ma femme et ma fille reviennent m’encourager, le moral est au beau fixe. Je repars sur des temps au tour très propres, et diminue les arrêts. Il est plus que probable que le classement ne bougera plus, je suis trop loin du précédent, et idem pour le suivant. Je roule détendu, le sourire aux lèvres. Je sais que j’irai jusqu’au bout.

Dernier tour. J’attends que le premier passe pour ne pas faire de tour en plus. Comme il n’arrive pas, je pars à l’aise, pour m’arrêter à quelques mètres de la ligne, pour boire une bière en compagnie de l’équipe d’Aubel, qui avec bien d’autres m’auront encouragé à chaque tour. Les premiers passent enfin, ce sont les Bike Point de Schepdaal. Ils auront parcouru 500 Km. Pour ma part j’aurai accumulé 252 Km, ce qui est bien en dessous de mon objectif initial de 400 Km, mais au vu du terrain et des conditions, je suis très heureux du résultat. Je suis 22ème sur 25 équipes au départ. Juste derrière moi, Michaël, mon co-locataire qui partait en duo avec un jeune équipier, aura assuré près de 90% des relais, suite à une mauvaise chute de son partenaire. Nous passons la ligne d’arrivée ensemble.

Est-ce que je le referais ? Oui, avec plus d’infrastructure, et peut-être un choix de terrain différent, moins dur, qui défavorise moins un solo.
Qu’est-ce que cela m’a apporté ? De la force de caractère, de la persévérance.
Qui je veux remercier ? Nathalie ma épouse, mon papa, Marie et Fab qui ont assuré la nuit, Bike System à Waterloo, qui m’a fourni les pièces de rechange, pour ne pas me retrouver le bec dans l’eau sur casse mécanique, et tous ceux qui m’ont encouragé, des amis aux organisateurs.
Pour plus de photos ou de détails : www.gospa.be.
Christophe valt te bereiken via : c_borel@hotmail.com
Gebruikersavatar
Quadrifoglio
Mountainbiker
Berichten: 556
Lid geworden op: ma 23 dec 2002 12:23

Bericht door Quadrifoglio »

Christophe Brel schreef:Koen,
Merci pour la pub que tu me fais.
Remercie les autres participants membres du forum de ma part pour leurs encouragements tout au long de l'épreuve.
Kwa Genappe ??
Christophe
Bij deze, bedankt mannen om Christophe te steunen tijdens zijn beproevingen...
Gebruikersavatar
SchizO
Mountainbiker
Berichten: 243
Lid geworden op: zo 10 aug 2003 11:24
Locatie: C'Dale Rush

Bericht door SchizO »

nacht googles hebben geen dieptezicht ;) Heb er zelf al in het leger op gehad, en daar kunt ge nie mee uitmaken hoe ver dien muur van u af is
Gebruikersavatar
Jan B.
Mountainbiker
Berichten: 293
Lid geworden op: zo 08 aug 2004 20:40
Locatie: Merida Matts Lite, XT + Deore
Contacteer:

Bericht door Jan B. »

Schiz[O] schreef:nacht googles hebben geen dieptezicht ;) Heb er zelf al in het leger op gehad, en daar kunt ge nie mee uitmaken hoe ver dien muur van u af is
ABSOLUUT geen probleem Schiz[O]!!

Nu we toch bezig zijn met hoogtechnologische snufjes: waarom dan geen radar op je stuur installeren???

Dat bestaat in allerlei formaten!

mss toch eens opzoeken op google ;) : "MTB + radar" ;)



;)
Gebruikersavatar
Wacko007
Mountainbiker
Berichten: 801
Lid geworden op: za 06 dec 2003 12:50
Locatie: Marin Pine Mountain 2 '16, Klein Attitude '92

Bericht door Wacko007 »

Owkeeeee...
Editie 2004 was big fun, maar kan iemand aan info geraken voor editie 2005?
Is er al iets geweten of wordt daar al over gepraat?
Ik zou graag info willen bekomen om de deelname te kunnen bespreken met ons team.


Greetz,

Julien.
Gebruikersavatar
Evil Mogwai
Mountainbiker
Berichten: 196
Lid geworden op: do 12 dec 2002 01:44
Locatie: Allemaal beestjes!

Bericht door Evil Mogwai »

'k Zal 's een mailke sturen naar onze sponsor.
Gebruikersavatar
Gf biker
Mountainbiker
Berichten: 2939
Lid geworden op: ma 07 jul 2003 21:46

Bericht door Gf biker »

FF verplaatst, hoort hier eigenlijk thuis. :wink:
Berggeit
Mountainbiker
Berichten: 293
Lid geworden op: zo 09 nov 2003 14:25
Locatie: 29'er

Bericht door Berggeit »

laat iets weten :D , dit jaar staan we er opnieuw met een groter team :wink:
Plaats reactie